Aucune consolation

by hakim

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €8 EUR  or more

     

1.
2.
3.
4.
5.
04:02
6.
03:06
7.
8.
03:18
9.
02:41
10.
11.
12.
04:25
13.
14.

credits

released December 1, 2016

tags

license

all rights reserved

about

hakim Mulhouse, France

Je suis le spécialiste de la VGM (variété génétiquement modifiée). Mes chansons peuvent contenir des traces de guitares plombées, de voix phosphatées, d'arachides soniques. Elles favorisent l'appauvrissement du sol (et du la).
Effets secondaires avérés : apathie télévisuelle, renoncement du consommateur.
... more

contact / help

Contact hakim

Streaming and
Download help

Track Name: Si la vague n'existe
1. Si la vague n'existe

Si la vague n'existe
qu'un instant
furtif
surgit à l'improviste
d'éléments
fugitifs.

Qu'est-ce à dire,
ni l'eau ni le vent
ne sauraient prédire
son destin mouvant.
Phénomène
d'interdépendances,
pourvu qu'il se démène
dépourvu de sens.

Je suis la vague égoïste
à la rage éphémère
qui surnage et résiste
dans la vaste fourmilière.

Je n'existe
que dans ma volonté,
individualiste,
feinte liberté.
Soyons réalistes,
devant ce mystère.
Allons aubergiste
viens remplir nos verres
et toi guitariste
joue nous donc un air.

Car la vague
n'existe pas.
Non la vague
n'existe pas…
Track Name: Sarah, dis-moi
2. Sarah, dis-moi

Comment ça va,
sacrée Sarah, dis-moi?
Nos ébats m'ont mis
dans l'embarras, dis?
Je m'enhardi
Sarah depuis samedi.
Viens ma Sarah
dans mon paradis.

Sarah,
pourquoi tu ne me
réponds pas?
Sarah,
je ferais tout ce que
tu voudras.

Pourquoi Sarah
déjà tu pars, dis-moi?
Ma tanagra,
pourquoi tu pars, dis?
Avec quel salaud
ce départ tu l'ourdis?
Me v'là ballot,
tout abasourdi.

Sarah,
cette fois
je n'm'en remettrais pas.
Sarah,
dis-moi
au moins où tu vas.

Elle m'a dit :
"Je pars au Sa-
hara en safari".
J'suis resté ahuri
quand Sarah a ri.
Track Name: Fausses frayeurs
3. Fausses frayeurs

Fuyez pour nous
fausses frayeurs.
Ces attentats partout
ce n'est qu'un leurre.
Des vengeances
tardives
de croyances
explosives,
diversion rêvée
de dirigeants gavés.

Quand roule
le pillage
des milliardaires.
Coule
dans son sillage
le sang de la terre.

Fuyez pour nous
fausses frayeurs.
Ils viennent de partout
les migrants du malheur.
Qu'on le veuille ou pas
dans notre confort,
on ne pourra pas
les laisser dehors.

Quand roule
le pillage
des milliardaires.
Coule
dans son sillage
le sang de la terre.
Telles des goules
nécrophages
crépusculaires.
Track Name: Aucune consolation
4. Aucune consolation

Ainsi tout amour
décrépit.
Le compte à rebours
est sans répit.
Et les larmes
ne purifient
rien.
Les dictames
se putréfient
fin.

Aucune
consolation
Infortune
et désolation.

Comme au cœur
de la galaxie,
dans mon cœur
refroidi,
un trou noir
où aspirent
mes espoirs
à mourir,
aussi béant
que la vie vide
que ce néant
dilapide.

Aucune
consolation
Infortune
et désolation.

Et tous ces mots
emprisonnés,
tant de cadeaux
empoisonnés.
Track Name: L'envol
5. L'envol

Ciel, suis-je mort
ou dans un rêve!
Je sors de mon corps
indolore
et je m'envole.

Ce réconfort
est comme une trêve.
Au lointain l'aurore
vient d'éclore
en mille auréoles.
Tant de météores
multicolores
tournent en farandole.

Ce n'était qu'un rêve
je ne suis pas mort.
Ce n'est qu'une brève
anaphore.
Track Name: The land
6. The land

This is the land
where they believe
in God and guns.
This is the land
where they live
for oil and fun.
They just pretend
"better grab the money
and run".
This is the land
where they love
Donald Trump.

Sweet home Obama,
kids are still playing
with real guns.
In Oklahoma
the ground is falling
and it's just begun.
Track Name: Les oriflammes
7. Les oriflammes

Nous vivions
hors du temps
et de l'économie
de marché.
Trublions
grandissant
comme une épidémie
pour marcher,
en chantant
contre la guerre
le cœur en
bandoulière.

La guitare
au poing,
l'amour en
oriflamme.
Tant d'espoirs
pour demain,
l'amour en
oriflamme.

Nous vivions
hors du temps
et de l'économie
de marché.
Bastion
des temps changeants,
des millions d'amis
à marcher.
Joyeux sauvages
solidaires,
le partage
pour bannière.

La guitare
au poing,
l'amour en
oriflamme.
Tant d'espoirs
pour demain,
l'amour en
oriflamme.

Nous vivons
dépendants
de l'économie
de marché,
échansons
permanents
de la boulimie
des financiers.
Pauvres rouages
involontaires
dans nos cages
solitaires.
Track Name: Les non-dits
8. Les non-dits

Tant de rengaines
prévisibles
purgeant la gêne
ostensible.
Faire le chêne
impassible,
brisant la chaîne
des possibles.

Tout ce que
je ne sais pas dire,
tous ces vœux
figés dans la cire.
Prostrés sous
quelques sourires,
ces mots flous
que je ne sais pas dire.

Combien de rêves
envolés
en confidences
ravalés?
Combien de fèves
pas gagnées
par des silences
résignés?

Tout ce que
je n'ai pas su dire,
c'est tout ce que
je n'ai pas pu vivre.
Ces jamais
dévorant l'avenir,
ces regrets
givrant les souvenirs.

Tant de rêves
envolés,
tant de fèves
avalées.
Track Name: L'éponge
9. L'éponge

Pourquoi tu veux tout plaquer?
Pourquoi tu veux la jeter
l'éponge?

Je t'ai dit que j'oublierai.
J't'ai dit que je la passais
l'éponge.

Tu dis qu'on n'a pas de gomme
et que j'absorbe tout comme
une éponge.

D'accord hier ça n'comptait pas
c'est mon tour de faire la
…la plonge.
Track Name: Les immondices
10. Les immondices

Et si on arrêtait
d'acheter.
tous ces objets
qu'on va jeter.
Pour sauver nos emplois,
produire n'importe quoi.
Et que tout finisse
en immondices.

Si nos désirs
sont des ordres
pour l'économie,
nos plaisirs
font désordre
dans d'autres pays.
Que va-t-on respirer demain?
"Faudra payer crétin!"
Et que tout finisse
en immondices.

Même l'espace
est trop petit
pour notre vorace
appétit.
pris dans l'impasse
du profit.

Selon les règles du lard,
les cochons
mettent dans nos épinards
du goudron.
Sous les membranes
de cellophane
nos âmes se fanent,
pour que tout finisse
en immondices.

Même si ça nous dérange
de nous rouler dans la fange,
si les éléments se vengent,
on n'a pas de pièce de rechange.

Alors si on arrêtait
d'acheter.
tous ces objets
qu'on va jeter.
Track Name: L'inspiration
11. L’inspiration

Voilà maintenant
j'ai tout mon temps.
Ça dure longtemps
ce châtiment.
Je vois chaque seconde,
à l'infini,
ce petit monde
qu'était ma vie.
Je ne savais rien dire,
me voilà interdit.
Je voulais en finir,
éternel me voici.

Dans le sable ou la neige
que mes pas ne marquent pas,
frayeurs et sortilèges
m'accompagnent malgré moi.

Je pleure mes chansons
dans les cauchemars
de quelques rejetons
habiles à la guitare.
Parfois ils les fredonnent
comme leurs propres tourments,
devant les hommes
comme maintenant.
Parfois ils les fredonnent
Comme ce fou maintenant.

Si longue soit la nuit,
le jour ne viendra pas.
Si profond soit le puit,
l'âme remontera.
Track Name: Mélancolie
12. Mélancolie

Je voulais
noyer mes regrets
dans le torrent
de mon inconscient.
Pourtant exprès
j'en extrais
la substance
de ma souffrance.

Mélancolie,
mets l'envers du décor
en plein jour.
Mélancolie,
mets l'ancre au port
de mes vieilles amours.

Si les eaux troubles
ne font pas miroir,
mon cœur se trouble
quand je viens m'y voir.
Je m'enterre,
la faute à Baudelaire.
Je m'affale,
la faute à De Nerval.

Mélancolie,
mélange au lit
mes efforts ascétiques,
mes remords asthéniques.